Between The Buried And Me - Colors II (2021)

Préambule

Voici “Colors II”, le dixième album de Between the Buried and Me, un groupe de métal progressif originaire des États-Unis, en œuvre depuis plus de 20 ans. Colors II est donc la suite de Colors, sorti en 2007, qui était un chouette album. J’avais eu un bon à priori avec Fix The Error. Quid de cette suite ? Ouvrons les oreilles, c’est parti.

Between the Buried and Me - Colors II (2021)
Between the Buried and Me - Colors II (2021)

Revue

Monochrome ouvre l’album tout gentiment au piano avant de prendre un peu de corps et passer sur des guitares avec distortion et synthé. Et ça s’énerve un peu (ça commence bien !) sur la fin… Est-ce vraiment la fin ?

Car l’enchainement avec The Double Helix of Extinction se fait sans s’en rendre compte. Et ce sera vrai pour le reste de l’album, qui est en fait une piste géante. Et donc cette deuxième piste est plus technique, dans les guitares, la basse… On parle de notre confort qui prend le pas sur tout le reste, sur les villes et le bétons qui prennent le pas sur la nature.

On accélère dans Revolution in Limbo, avec des passages claires (voix, guitare) et des passages sauvageons (avec plusieurs types de voix différentes). Et ce changement de rythme vers les 2/3 de la piste, avec ses percussions et ses petits accords à l’orgue, c’est ridicule et ça balance bien, ce qui est c’est très curieux car la chanson n’est pas joyeuse: « We didn't live, We only existed ».

Ah, je reconnais cette piste: une batterie qui ouvre, un orgue ridicule, une grosse basse… Fix the Error ! Quelle grosse blague mais quel plaisir ! On veut s’échapper de ce qui a été décrit dans le début de l’album, on veut célébrer notre libération. Cette partie de l’album part dans tous les sens avec son solo de batteries et le son de la sonnaille, les voix (claire, sauvage, robotique), c’est un régal !

On enchaîne (sans s’en rendre compte) avec Never Seen/Future Shock. Cette petite pause tranquille avec ses petites flûtes avant de reprendre de l’énergie et le martellement de la batterie et la voix claire, puis les guitares qui pleuvent, ça fonctionne bien.

On se calme avec le début de Stare into the Abyss, avant de repartir de plein fouet avec une voix claire pleine d’espoir « Life is love, Time is never lost ».

On passe, toujours sans s’en rendre compte, sur Prehistory. Une intro rigolote avec quelques cordes, le retour discret de l’orgue. Et un côté western avec des bruitages étranges quand la voix entre, puis les sons sont passés en sens inverse avec un piano de saloon, puis un solo de basse. Ça part une nouvelle voix dans tous les sens puis on revient sur une voie normale et ça s’alourdit avant…

Bad Habits, où les mots font qu’on va en perdre la langue. Il y a un petit côté pop (avec une grosse batterie quand même) sur les parties avec la voix claire et le piano, un peu bizarre. On retrouve la sonnaille à un moment, c’est rigolo mais est-ce utile ? Et une touche de voix féminine très (trop ?) courte.

The Future Is Behind Us, ça part une nouvelle fois dans tous les sens, entre la lumière sur « Kill the writer… », les curiosités robotiques, la lourdeur quand tout doit être annihilé. Et les sons bizarres par ci par là. Est-ce que ça tient la route ?

Turbulent, un titre paradoxal car c’est plutôt tranquille et ça s’énerve quand il faut trouver le calme et la lumière. Si on oublie la voix sauvage et la double pédale de la batterie, on a un titre de Muse. Et pas dans leurs meilleurs jours (je suis très Muse jusqu’à Absolution).

Sfumato, un interlude tout gentil, avec un mini solo planant au loin, avant…

Human Is Hell (Another One with Love) ! Tout est détruit, c’est la fin. Il y a un peu d’espoir quand même, dans l’amour; c’est un peu facile. Il y a encore des passages bizarres, et ça tabasse bien quand même.

Conclusion

J’avais eu une très bonne impression à la première écoute, qui s’efface avec plus d’attention. Une piste géante d’une heure vingt qui ne marquera pas autant que Colors mais quand même sympa, surtout la première partie de l’album. Les mélanges de voix foncionnent bien, les instruments sont très bien maîtrisés, et une chouette production. Parfois un peu trop « dans tous les sens » qui fait penché le côté progressif vers le ridicule.

6/10

Voilà ! C'est juste mon avis, j'espère que vous en avez un différent. Bisous !

Pistes

  1. Monochrome
  2. 💖 The Double Helix of Extinction
  3. 💖 Revolution in Limbo
  4. 💖 Fix the Error
  5. 💖 Never Seen/Future Shock
  6. 💖 Stare into the Abyss
  7. Prehistory
  8. Bad Habits
  9. The Future Is Behind Us
  10. Turbulent
  11. Sfumato
  12. Human Is Hell (Another One with Love)

Liens