The Killers - Pressure Machine (2021)

Préambule

«Pressure Machine» est 7ème album du groupe de rock The Killers. Un album né et achevé pendant la pandémie.

Très orienté sur la vie dans une petite ville des États-Unis (par exemple Nephi, où le chanteur a passé une partie de sa jeunesse), il touche des thèmes importants et parfois graves. De jolis textes dans une instrumentation peu surprenante.

The Killers - Pressure Machine
The Killers - Pressure Machine

Revue

L'album démarre avec West Hills, en commençant par 3 commentaires de personnes qui vivent dans une petite ville tranquille et qui y sont bien depuis toujours. Un peu surpris par la mention de drogue dans cette ouverture.

Quiet Town a l'air d'une petite balade sympathique... mais non. Ça parle d'accident de train, de problème de drogue. Les instrus changent un peu de ce qu'on entend de The Killers habituellement, mais ça sonne comme du déjà entendu.

Continuons dans la déprime avec Terrible Thing avec le sujet du suicide, pensé par un ado homosexuel entouré d'une communauté religieuse où l'homosexualité n'est pas bienvenue.

Cody décrit les «grands frères», qui font des choses dangereuses, qui inquiètent les parents et intriguent les autres. Une instru tranquille, avec un petit solo de guitare manque de goût (pourquoi dans de distortion ?), et on finit dans l'attente du miracle avec le chœur et les violons, c'est peut être un peu trop.

Sleepwalker commencent avec un discours d'une jeune sur le moment où elle a eu son permis de tirer avec une arme. Une chanson sur le changement de saison pour toucher le changement dans les personnes. Et que font ces sont de synthé bizarres autour de la voix dans le refrain ? Et ces accords de synthé sur la fin ?

Runaway Horses, avec Phoebe Bridgers, sur le chemin qu'on fait ensemble et qui se sépare en deux. C'est mignon et un peu plus léger que le début de l'album. Je ne suis pas certain de la valeur ajoutée par la chanteuse.

In the Car Outside démarre avec une conversation dans un garage, puis des percussions dignes d'une batterie électronique d'il y a quelques dizaines d'années, accompagnée par une meilleure percussion un peu plus loin. C'est la chanson rapide de l'album, sur la vie et

In Another Life s'ouvre avec une personne qui parle d'alcool et de drogue et qu'on cherche tout à s'échapper de quelque chose. Une autre vie. Instru sans surprise.

3 tableaux de violence dans Desperate Things. Très calme, et étrangement l'évolution du son se fait surtout sur le 3ème et c'est là qu'on sent toute la tension.

Pressure Machine, sur la vie et le temps qui passe très, trop vite. Je crois que c'est une des chansons où le chanteur monte le plus dans les aigus, et ça fonctionne bien.

On termine avec The Getting By. Même quand la vie n'est pas folichonne dans un bled pourri, il y a toujours un peu de lunière et d'espoir. C'est joli mais un peu facile comme conclusion.

Conclusion

L'album présente quelques facette de la vie dans une petite ville, et touche des sujets importants ou touchants. Les témoignages (discours, conversations) au début des chansons apportent beaucoup au côté vie dans un petit bled au fin fond de l'Utah.

Un album bien écrit, bien chanté (j'aime beaucoup la voix), mais au final un peu ennuyeux. Les instrus sont sans surprise, avec quelques parties qui manquent de goût.

4/10

Voilà ! C'est juste mon avis, j'espère que vous en avez un différent. Bisous !

Pistes

  1. West Hills
  2. Quiet Town
  3. 💖 Terrible Thing
  4. Cody
  5. Sleepwalker
  6. Runaway Horses
  7. 💖 In the Car Outside
  8. In Another Life
  9. 💖 Desperate Things
  10. Pressure Machine
  11. The Getting By

Liens

#music#review